Mes astuces de vie

C’est décidé, j’essaie les médecines douces ! ( se soigner naturellement )

Ecrit par 10 octobre 2018 Aucun commentaire
se soigner naturellement

Arrêter ou non son traitement allopathique

Je lis beaucoup de témoignages de personnes ne supportant plus leur traitement allopathique, les effets secondaires qui y sont liés. Ces personnes ont souvent le désir de se soigner naturellement.

 

Je ne peux pas porter un jugement neutre sur la question puisque j’ai fait le choix de ne pas prendre d’interférons (traitement pour la sclérose en plaques).

Enfin si ! Lors de ma première poussée, j’ai fait ce que l’on fait naturellement : j’ai suivi les recommandations des médecins et j’ai suivi le traitement classique, à savoir les bolus de cortisone. Je ne connaissais rien à la maladie que l’on venait de me diagnostiquer, je n’avais aucunement conscience de ce qui était en train de se passer pour moi. Quant au fait de se soigner naturellement, à 23 ans, je ne m’étais même pas posée la question. En pleine phase de Choc, je suivais ce qu’on me disait de faire.

 

Si ce traitement m’a permis de récupérer de ma poussée, j’ai malheureusement pu me rendre compte qu’il y avait toute une panoplie d’effets secondaires qui y étaient associés…

Donc il est vrai qu’une deuxième poussée, à peine 4 mois après la première m’a terriblement échaudée à l’idée de revivre ce traitement.

Le choix de se soigner naturellement

Alors, sur les recommandations d’une amie médecin et acupuncteur, j’ai essayé de m’en remettre à cette médecine douce qu’elle me présentait pour guérir de ma poussée. Et cela a fonctionné ! Quelque part, j’étais dans un cocon de douceur, de bienveillance et j’étais tellement convaincue que cela fonctionnerait que je me suis laissée aller, en pleine confiance.

 

Je connaissais ma sensibilité aux médecines douces, même si l’acupuncture était nouveau pour moi, pour en avoir testées quelques-unes avant. De plus, mes parents baignaient là-dedans depuis des années, ayant fait le choix de se soigner naturellement le plus souvent possible.

 

Par la suite, comme vous le savez, j’ai commencé le décodage biologique (Cf. article sur la psychologie de la maladie), j’ai entamé une thérapie, j’ai creusé sur d’autres possibilités, j’ai lu… Beaucoup. Et j’ai fait appel au réseau de praticiens en médecines douces que connaissait ma mère. J’en ai testé, beaucoup, de toutes sortes possibles … Et c’est d’ailleurs une quête que je continue, puisque je prépare une série d’interviews de praticiens.

 

Et c’est suite à toutes ces découvertes que j’ai eu un nouveau rendez-vous avec un autre neurologue. Quant il m’a parlé des interférons (de ceux qui existaient en 2009) et de tous leurs effets secondaires, je n’ai pas eu envie d’aller vers là pour commencer. J’avais déjà quelques notions sur ce qui pouvait se faire dans d’autres domaines et j’ai fait le choix d’aller vers le fait de se soigner naturellement.

Un choix qui n'est pas sans risque !

Autrement dit, j’ai fait le choix, volontairement, de ne pas prendre les traitements allopathiques.

= > Mais attention ! Et je tiens à le préciser ouvertement ! Ne pas prendre les traitements allopathiques, ne veut pas dire ne rien faire du tout.
Il y a de nombreux retours de personnes qui ont arrêté leur traitement car elles ne le supportaient plus, mais qui n’ont rien mis d’autre en place dans leur vie.

La manière dont on choisit de se soigner est très personnelle. Je raconte mon histoire personnelle sur ce blog et je parle du fait que je ne soigne ma sclérose en plaques qu’à travers les médecines douces, l’écoute de mon corps …

Et je n’encourage personne à aller dans cette voie là, d’un seul coup, sans soupape de sécurité. C’est un long cheminement, cela demande de bien se connaitre, de savoir ce qui nous correspond ou non. Peut-être que vous supportez très bien le traitement allopathique et dans ce cas là, le but de mon blog est simplement de vous aider à vivre de manière plus sereine avec votre maladie.

Pour les personnes qui souhaitent regarder une autre approche, qui souhaitent se soigner naturellement, je recommande toujours de le faire en plusieurs temps. Parfois, les médecines douces, lorsque nous y sommes réceptifs, peuvent aussi aider à supporter les effets secondaires des traitements.

La notion d'Effet Placebo

Il y a quand même une notion très importante dans les traitements (et j’en reparlerai par la suite), c’est l’Effet Placebo. Alors, bien sûr, il y a la partie active du traitement, celle qui agit.

Mais il y a aussi une autre notion : le fait de savoir que nous prenons un traitement qui pourra nous empêcher d’être malade.

 

J’en avais discuté longuement un jour avec un neurologue (rencontré depuis mon activité de blogueuse). Il me disait que certaines personnes qu’il accompagnait ne faisaient plus de poussées depuis des années mais qu’il ne pouvait envisager de leur proposer d’arrêter leur traitement. Il y avait de grandes chances que, si elles l’arrêtaient, elles feraient une poussée très rapidement, même si leur SEP ne semblait plus du tout agressive.

 

Alors il est vrai que tout cela peut être sujet à controverse, pour les personnes qui ne voient pas les choses comme moi. Mais c’est un point que je voulais souligner.

Conclusion

Pour conclure, je vous déconseillerais d’arrêter d’un seul coup votre traitement allopathique, en ne mettant rien en place derrière. Prenez le temps de tester d’autres types de médecines, prenez le temps d’apprendre à vous connaitre pour savoir ce qui pourrait vous correspondre.

 

 

Par la suite, j’ai dans l’idée de publier des témoignages de personnes qui ont fait le choix de se soigner autrement. Peut-être que certaines choses vous interpelleront.

Dans tous les cas, avec grand plaisir pour en discuter avec vous ! N’hésitez pas à commenter cet article si il vous parle 🙂

Laissez un commentaire