Transformez vos pensées négatives dans la maladie !

pensees negatives

NON, on ne peut pas penser positif tout le temps ! Eviter les pensées négatives, c’est impossible.

D’ailleurs, parfois, on en a même pas envie. 

  • parce que notre maladie chronique nous en fait baver
  • parce que c’est trop difficile à vivre au quotidien
  • parce que personne ne comprend ce qu’on traverse, ce que c’est que de vivre avec une maladie chronique
  • parce qu’on en peut plus de vivre avec ces douleurs

Là dessus, on ne peut pas agir et s’entendre dire qu’il faut arrêter les pensées négatives, ça peut vite nous énerver ! 

trop de pensees negatives

Vous ne feriez jamais ça !

Avoir des pensées négatives quand on en a ras le bol est entièrement normal. 

Mais que se passe-t-il quand ces pensées négatives sont ENVERS nous-même ?

Je vais vous proposer ici de visualiser une image : 

pensées négatives peur

Imaginez une scène devant vous : 

Vous voyez un parent qui propose à l’enfant de monter dans la manège. L’enfant a peur et refuse. Et le parent insiste de plus en plus jusqu’à s’énerver contre l’enfant. 

L’enfant a de plus en plus peur, il est paralysé par la panique de monter dans le manège. Et plus il refuse, plus le parent insiste et s’énerve. 

Il va jusqu’à lui répéter qu’il est incapable, qu’il est nul, qu’il n’y a pas à avoir peur d’aller dans un manège puisque c’est fait pour s’amuser ! 

J’imagine que vous ne feriez jamais subir ça à votre enfant ! Ni même à n’importe quel enfant ! 

Votre juge intérieur

Et pourtant c’est certainement ce que vous vous faites subir sans arrêt.

Parce qu’il y a les pensées négatives sur la difficulté de votre quotidien avec votre maladie chronique. Mais il y a aussi les pensées négatives CONTRE VOUS ! 

Ces pensées où : 

  • vous vous jugez 
  • vous vous dévalorisez
  • vous ne vous donnez pas le droit de ressentir de ce que vous ressentez
  • vous minimisez ce que vous vivez
Ces pensées négatives là vous parlent ?

Petit manuel anti pensées négatives

Alors ici, je vous vous proposer de transformer ces pensées négatives. Et de créer une manière plus agréable de penser, plus douce envers vous. 

pensees negatives en pensees positives

Quelques exemple ici : 

❌ Ne vous dites plus : « Arrête d’être aussi sensible. Je suis trop bête/nul(le) de me sentir si mal pour pas grand chose »

✔️ Car votre besoin est : « Je traverse un moment difficile et c’est normal. J’ai besoin de parler/être écouté/pleurer/crier de colère »

❌ Ne vous dites plus : « Arrête d’être aussi sensible »

✔️ Car votre besoin est : « Je traverse un moment difficile et c’est normal. J’ai besoin de parler/être écouté/pleurer/crier de colère »

❌ Ne vous dites plus : « Il y a des gens qui vivent qui vivent pire que moi »

✔️ Car votre besoin est : « Je reconnais que ce que je vis est difficile et j’ai besoin d’être soutenu(e) »

❌ Ne vous dites plus : « Arrête de te mettre dans cet état pour des bêtises »

✔️ Car votre besoin est : « Même si je ne comprends pas tout de suite pourquoi je me sens comme ça, je me donne le droit de ne pas aller bien pour le moment »

❌ Ne vous dites plus : « Bof, ce n’est pas grave »

✔️ Car votre besoin est : « C’est normal que je me sentes comme ça »

❌ Ne vous dites plus : « Ca pourrait être pire »

✔️ Car votre besoin est : « Je me donne le droit de ne pas aller bien et je ne nie pas ce que je ressens. Il n’y a pas d’échelle de valeur »

Et votre corps dans tout ça ?

En conclusion, il n’y a aucun échelle de valeur sur votre ressenti et votre besoin. A part celle que vous vous infligez.

Plus vous allez cherchez à nier ce que vous ressentez, plus ça risque de s’amplifier. 

Alors je vous propose d’être doux(ce) et bienveillant(e) envers vous-même !

Vos pensées, vos émotions (qui sont créées par vos pensées) et certainement aussi votre corps vous le rendra !

Pour en savoir plus, je vous invite à lire l’article : « Comment nos émotions impactent notre corps » 

Ca vous parle ? Quelles sont vos pensées négatives habituelles envers vous-même ?

Besoin d'aide ?

Recevoir LA newsletter sur la maladie chronique
QUI FAIT DU BIEN


Un guide pour mieux gérer vos émotions

Avoir des clés pour mieux vivre avec votre maladie


A propos de moi
bien vivre avec la maladie

Psychopraticienne et sophro-relaxologue certifiée

Je vous accompagne à mieux gérer vos émotions avec votre maladie chronique

Une sclérose en plaques depuis plus de 13 ans

Cet article a 4 commentaires

  1. Vieyres Véronique

    D’accord avec le « recadrage » que nous devons pratiquer quotidiennement, relativiser est certes nécessaire … mais ne plus vivre comme avant demande vraiment d’être encore plus fort psychologiquement que je ne l’imaginais il y a plus de vingt ans, au début de ma SEP !…
    Sans doute que le cumul avec la solitude et la séniorité accentuent la difficulté dans mon cas… je souhaite à tous de pouvoir privilégier les liens amicaux et familiaux quand ils existent encore et / ou de parvenir, à trouver un /une psy valable avec qui échanger

    1. Lisa Brienne

      Bonjour Véronique. Je pense effectivement que souvent la solitude accentue cette difficulté. Il y a tellement de choses à prendre en compte dans la notion d’espoir et d’apaisement. Y compris savoir remettre de la légèreté et un peu de joie. C’est un travail à mener, pas toujours facile (j’en sais quelque chose). Je vais vous écrire en mp aussi.

  2. Flahaut

    Ton petit manuel est au top Lisa 😉 Je me retrouve tellement avec tes exemples 🙁 ! Je te remercie à nouveau pour tout ce que tu et nous apprends afin d’être davantage calme !

    Stéphanie

    1. Lisa Brienne

      Merci beaucoup Stéphanie pour ton retour. Je suis heureuse de savoir que cela te parle et t’apporte du mieux-être 🙂

Laisser un commentaire